Aller au contenu principal

Pour atténuer les effets de la pandémie de Covid-19 sur les populations et les entreprises, le Chef de l’Etat a mis en place le Programme de Résilience Economique et Sociale (PRES) qui est financé par le Fonds de Riposte contre les effets de la Covid-19 dénommé « Force Covid-19 » doté à hauteur de 1.000 milliards FCFA.

Le PRES comporte plusieurs mesures visant à accompagner les entreprises affectées par la crise liée à la pandémie à développer une résilience par rapport à ses effets. Ces mesures peuvent être à caractère :

  • Fiscal et douanier, et mises en œuvre par la Direction Générale des Impôts et des Domaines (DGID), la Direction Générale des Douanes (DGD) ou la Direction Générale de la Comptabilité Publique et du Trésor (DGCPT) ;
  • Financier, mises en œuvre, notamment par le Ministère de l’Economie du Plan et de la Coopération, le FONGIP, certains ministères sectoriels ou structures d’appui telles que la DER par exemple ;
  • Social et sanitaire, mises en œuvre par les ministères en charge de la santé et du travail ;
  • Sécuritaire, mises en œuvre par le Ministère de l’Intérieur .

Retrouvez ici toutes les mesures prises dans le cadre du Programme de Résilience Économique et Sociale concernant l’accompagnement des entreprises impactées par la crise de la Covid-19.

33 mesures répondent à votre recherche.

Les mesures à caractère social comprennent :
-    d’une part, les mesures générales et spécifiques de prévention en entreprise et aux modalités d’organisation du travail consacrées dans un guide en milieu du travail dans le contexte de la Covid-19 élaboré par la Direction générale du Travail et de la Sécurité sociale ;
-    et d’autre part, les dispositions de l’ordonnance du 8 avril 2020 sur les mesures dérogatoires au licenciement et au chômage technique.

Cf. Milieu du travail et Covid-19
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°41)

Détail de la mesure

Pour atténuer l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les entreprises, l’Etat a décidé de mettre en place un dispositif de remboursement de crédit de TVA dans des délais raccourcis et suivant des procédures allégées.

Cible

Toutes les entreprises.

Conditions requises

Les contribuables disposant d’un crédit TVA datant d’au moins 3 mois peuvent en demander la restitution sur la base d’un courrier adressé à leur service fiscal de rattachement ou par voie électronique à l’adresse remboursement.tva@dgid.sn.

Modalités de mise en œuvre

La demande doit comporter (i) une description sommaire de l'activité de l’assujetti avec indication de l’adresse électronique à laquelle les demandes de renseignement peuvent lui être adressées (ii) le motif du crédit dont la restitution est demandée ; (iii) le relevé et les états prévus à l'article 392 du CGI ; (iv) les copies des justificatifs du chiffre d'affaires exonéré ou exempté ouvrant droit à déduction, éventuellement présentées sous format numérique.

Les demandes ou les propositions de restitution sont traitées ou approuvées dans le délai maximum de seize (16) jours. Les remboursements se font par chèque ou virement bancaire dans des conditions à définir.
Cf. Circulaire n°018/MFB/DGID du 17 avril 2020 et Circulaire n°20/MFB/DGID du 28 avril 2020

  • Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°4)

Détail de la mesure

Il s’agit de facilités de trésorerie relatives aux retenues opérées sur les salaires et les cotisations sociales que les entreprises du secteur privé versent. Il est ainsi alloué aux contribuables dont l’activité est directement impactée par la crise de la Covid-19, une subvention directe, correspondant au montant des retenues d’impôts et taxes exigibles sur les traitements et salaires.

Cible

Toutes les entreprises impactées. Sont ainsi concernés les contribuables :
-    dont l’impact de la crise liée à la pandémie de Covid-19 sur leurs activités a conduit à l’une des situations suivantes : 
un arrêt total ou partiel, dûment constaté, des activités professionnelles ; 
une fermeture des locaux professionnels découlant de l’absence d’activités ; 
une mise en chômage technique d’une partie significative du personnel représentant au moins 50% des effectifs permanents ; 
une baisse d’au moins 33% du chiffre d’affaires réalisé pendant les mois couvrant la période allant du 1er mars 2020 à la fin de la loi d’habilitation, comparé à la même période de l’année antérieure ;
-    appartenant aux secteurs notamment visés : 

  • tourisme et activités connexes, 
  • restauration, 
  • hôtellerie, 
  • transport, 
  • éducation, 
  • enseignement supérieur et formation professionnelle, 
  • bâtiment et travaux publics, 
  • agriculture, 
  • pêche, 
  • élevage, 
  • culture et presse.

Conditions requises

Les entreprises doivent prendre (i) l'engagement de maintenir les emplois et (ii) l'engagement de payer au moins 70% des salaires des employés en chômage technique pendant toute la période de crise. 
La subvention s’applique à compter du mois d’avril 2020, au titre des retenues opérées au mois de mars 2020, jusqu’au mois coïncidant avec la fin de validité de la loi d’habilitation n°2020-13 du 02 avril 2020. 

Modalités de mise en œuvre

Pour bénéficier de la subvention, les entreprises éligibles doivent (i) souscrire à la déclaration de retenues à la source prévue par l’article 186 du CGI ; (ii) déposer pour chaque mois un état de salaires sur le modèle de l’état annuel prévu par l’article 191 du CGI en y spécifiant les salariés maintenus en activité et ceux en chômage technique bénéficiant de traitements et salaires ; (iii) fournir l’acte d’engagement écrit de maintenir les travailleurs ou de payer plus de 70% du salaire des employés mis en chômage technique pendant toute la durée de la crise liée à la pandémie de Covid-19 ; cet acte doit être dûment visé par les services compétents de l’inspection du Travail et de la Sécurité sociale du lieu du ressort du principal établissement de l’entreprise ; (iv) renseigner le formulaire délivré par l’Administration fiscale.
Cf. Article premier alinéa 2 de l’ordonnance n°002-2020 du 23 avril 2020

Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°5)

Détail de la mesure

Sont prorogées jusqu’au 15 juillet 2020, les échéances pour la déclaration et le paiement des impôts et taxes dus, au titre de la période allant de mars à mai 2020, par les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 100 millions de FCFA et celles dont l’activité est directement impactée par la crise liée à la pandémie de Covid-19.

Cible

Les entreprises réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 100 millions FCFA et celles dont l’activité est directement impactée par la crise liée à la pandémie de Covid-19.
Conditions requises
Le différé de déclaration et de paiement porte sur tous les impôts et taxes. Sont concernés : la TVA, les retenues sur salaires, les retenues sur les tiers, les retenues sur les loyers, les acomptes et soldes de l’Impôt sur le Revenu et de l’Impôt sur les Sociétés, la contribution économique locale, la contribution globale, etc.

Modalités de mise en œuvre

Une fois requis, l’administration met à la disposition du requérant un formulaire de demande. L’entreprise bénéficiaire de la mesure est tenue de procéder au paiement des impôts et taxes dès la fin de la période de différé.
Les délais de prescription en matière de contrôle et de recouvrement sont suspendus pour toute la période d'application.
Les entreprises qui ne sont pas concernées sont tenues de souscrire à leurs obligations de déclaration et de paiement dans les délais requis.
Cf. Article premier alinéa 4 de l’Ordonnance n°002-2020 du 23 avril 2020

Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°6)

Détail de la mesure

Au titre du soutien à l’investissement, il y a une prolongation du délai général de liquidation et de paiement de la TVA suspendue recouvrée par l’administration douanière et les services fiscaux de douze (12) à vingt-quatre (24) mois. 

Cible


Toutes les entreprises. 

Conditions requises

Pour les entreprises qui avaient commencé à rembourser la TVA suspendue, les délais sont rallongés. Pour celles qui n’ont pas encore commencé le remboursement, la durée est désormais de 24 mois au lieu de 12.

Modalités de mise en œuvre

Pour la révision des moratoires en cours, l’intéressé doit se rapprocher du Bureau de recouvrement compétent ; pour les nouveaux moratoires, la procédure habituelle s’applique pour l’application de cette mesure.
Cf.  Circulaire n°017/MFB/DGID du 17 avril 2020

Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°7)

Détail de la mesure

Il est accordé une remise partielle de la dette fiscale constatée au 31 décembre 2019, due par les entreprises et les particuliers, pour un montant global de 200 milliards FCFA.

Cible

Toutes les entreprises impactées. Sont concernés les contribuables dont l’impact de la crise liée à la pandémie de Covid-19 sur leurs activités se matérialise par l’une des situations suivantes : 
-    un arrêt total ou partiel, dûment constaté, des activités professionnelles ; 
-    une fermeture des locaux professionnels découlant de l’absence d’activités ; 
-    une mise en chômage technique d’une partie significative du personnel représentant au moins 50% des effectifs permanents ; 
-    une baisse d’au moins 33% du chiffre d’affaires réalisé pendant les mois couvrant les mois de mars, avril et mai 2020 comparativement à celui réalisé au cours des mêmes mois de l’exercice précédent.

Montant alloué 
Deux cents (200) milliards FCFA
Conditions requises
La dette fiscale s’entend ici d’une créance fiscale de l’Etat, certaine, liquide et exigible en attente ou en cours de paiement à la date du 31 décembre 2019. 

Modalités de mise en œuvre

Les contribuables éligibles pour le bénéfice de la remise de dette fiscale formulent une demande en ligne ou par courrier adressé au Directeur Général des Impôts et des Domaines. La demande est accompagnée (i) d’un formulaire spécial dûment renseigné ; (ii) un engagement écrit, signé du gérant de l’entreprise et une copie des états financiers du dernier exercice clos.
Cf. Article premier dernier alinéa de l’ordonnance n°002-2020 du 23 avril 2020 

Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°8)

Détail de la mesure

Les entreprises impactées par la crise liée à la pandémie de Covid-19 peuvent bénéficier d’une suspension du recouvrement des dettes fiscales constatées antérieurement jusqu’au 15 juillet 2020. 

Cible

Les entreprises impactées qui évoluent dans les secteurs du tourisme, de la restauration, de l’hôtellerie, du transport, de l’éducation, de l’agriculture, de la culture et de la presse.

Conditions requises

Les entreprises concernées doivent s’engager à maintenir les salaires de leurs employés ou à payer plus de 70% du salaire des employés mis en chômage technique.
Modalités de mise en œuvre
Il est consenti aux entreprises concernées les mêmes conditions et engagements que pour bénéficier du report d’échéance de déclaration et de paiement des impôts et taxes jusqu’au 15 juillet 2020.
Cf. Article premier alinéa 6 de l’ordonnance n°002-2020 du 23 avril 2020

Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°9)

Détail de la mesure

Les entreprises et personnes physiques qui soutiennent le Fonds « FORCE Covid-19 » sous forme de dons versés au compte ouvert au Trésor public, peuvent déduire ces dons au titre des charges de l’exercice clos au 31 décembre 2020.

Cible

Les entreprises, opérateurs économiques, les personnes physiques ou morales ayant contribué au Fonds « Force Covid-19 ». 

Conditions requises

Les dons visés ici devant faire l'objet de déduction sont les versements effectués en numéraire, par chèque, par virement bancaire ou postal, ou par toute autre forme dans les comptes ouverts au nom de l'Etat à l'exclusion de toute autre collectivité publique, quel qu'en soit le statut ou la forme juridique.

NB : Les dons en nature, notamment ceux effectués par prélèvement sur les stocks, par livraison gratuite de biens, par fourniture gratuite de services ou par la prise en charge d'une dépense, ne sont pas admis en déduction du résultat fiscal soumis à l'Impôt sur les Sociétés ou à l'Impôt sur le Revenu. Les aides consenties sont prévues par les dispositions de l’article 9.4 du Code Général des Impôts (CGI). 

Modalités de mise en œuvre

La personne physique ou morale ayant effectué un don est tenue de joindre à sa déclaration des résultats de l'exercice de versement, les pièces justificatives attestant de la date et du montant de chaque versement. Les versements sont considérés comme des charges déductibles.
Cf. Circulaire n°19/MFB/DGID du 17 avril 2020 

Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°10)

Cible

Sont visés les biens, les équipements, les intrants, les produits pharmaceutiques.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent adresser une demande d’exonération au Directeur Général des Douanes avec émission d’un titre d’exonération. 
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°12)

Cible

Toutes les entreprises demanderesses.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent adresser une demande au Directeur Général des Douanes.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°13)

Cible

Les entreprises ou opérateurs économiques durement frappés par la crise, et débiteurs de l’Administration des Douanes à la suite d’une affaire contentieuse.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises ou opérateurs économiques concernés peuvent adresser une demande au Directeur Général des Douanes qui est traitée selon sa compétence ou celle du Ministre des Finances et du Budget.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°14)

Cible

Les entreprises les plus durement impactées par la Covid-19 dans une fourchette de 25 à 50% en tenant compte de la gravité de l’infraction, du passé fiscal et du domaine d’intervention.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent adresser une demande au Directeur Général des Douanes qui est traitée selon sa compétence ou celle du Ministre des Finances et du Budget.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°15)

Détail de la mesure

Cette renonciation à l’intérêt de retard soulage la trésorerie des entreprises agréées aux régimes de l’admission temporaire normale et de l’entrepôt industriel. Elle est également étendue, en cas de mise à la consommation, au régime de l’admission temporaire spéciale qui promeut les investissements structurants.

Cible

Les entreprises ou les personnes morales bénéficiaires d’un régime suspensif : admission temporaire, entrepôt industriel, etc.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises ou personnes concernées peuvent adresser une demande au Directeur Général des Douanes.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°16)

Cible

Tous les projets impactés par la pandémie de la Covid-19.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent adresser une demande au Directeur Générale des Douanes.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°17)

Cible 

Les entreprises éligibles au Code de Investissements et dont le programme n’a pas encore été agréé. 

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent adresser une demande au Directeur Général des Douanes.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°18)

Cible 

Les projets agréés qui font l’objet de demande d’extension.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent adresser une demande au Ministre des Finances et du Budget.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°19)

Cible

Les demandes de rectification hors délais du manifeste.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent adresser une demande au Directeur des Opérations Douanières.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°20)

Cible 

Les opérateurs économiques qui évoluent dans le secteur informel.

Modalités de mise en œuvre

Les personnes concernées peuvent adresser une demande au Directeur Générale des Douanes.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°21)

Cible

Les médicaments, intrants et autres produits pharmaceutiques destinés à combattre la Covid-19.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent adresser une demande au Directeur Général des Douanes.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°22)

Cible 

Les denrées alimentaires (riz, huile, produits laitiers, pâtes alimentaires) ou d’autres produits (savons, gels hydro alcooliques) stratégiques en vue d’assurer un approvisionnement régulier du marché domestique. Cette restriction provisoire ne concerne pas les opérations d’admission temporaire exceptionnelle qui procèdent d’une commande extérieure ferme, et de transit international. 

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent adresser une demande au Directeur Général des Douanes pour les dérogations.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°23)

Cible

Les opérateurs économiques ayant une garantie de représentation et un passé fiscal non entamé. Ces mesures visent en priorité les importations d’hydrocarbures, de produits médicaux, pharmaceutiques et de denrées de première nécessité. 

Modalités de mise en œuvre

Les opérateurs économiques concernés peuvent saisir l’administration des douanes.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°24)

Cible
Les opérateurs économiques ayant une garantie de représentation et un passé fiscal non entamé. Les opérations concernent en priorité les importations d’hydrocarbures, de produits médicaux, pharmaceutiques et de denrées de première nécessité.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises exportatrices concernées peuvent saisir l’administration des douanes.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°25)

Cible
Les véhicules de transport de marchandises, en provenance de l’étranger.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises exportatrices concernées peuvent saisir l’administration des douanes.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°26)

Détail de la mesure

Sont concernés les droits et taxes douaniers exigibles au 31 décembre 2019. Cette mesure permet, jusqu’au 15 juillet 2020, aux entreprises concernées de conserver les garanties déposées par elles auprès des banques et sociétés d’assurances (déposit, hypothèques de maisons et autres biens immobiliers etc.) et de ne pas subir les poursuites liées à la réalisation de ces garanties.

Cible

Les sociétés débitrices dont les dettes ont fait l’objet d’appel en paiement auprès des cautions (sociétés d’assurance, banques qui se sont portées garants de leurs dettes douanières). 

Modalités de mise en œuvre

La mesure est d’ordre général. Aucune procédure particulière n’est requise.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°28)

Cible

Les sociétés débitrices dont les garanties sont réalisées auprès des cautions et qui ne peuvent plus justifier du bénéfice d’un crédit d’enlèvement. 

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent formuler une demande d’autorisation de travailler au comptant.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°29)

Cible

Les contribuables qui ont bénéficié de moratoire de paiement de droits sur la dette antérieure à l’année 2020.

Modalités de mise en œuvre

Les contribuables concernés peuvent formuler une demande de différé de paiement accompagnée de la situation de règlement de la dette.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°30)

Cible 

Les entreprises impactées par la crise liée à la pandémie de Covid-19.

Modalités de mise en œuvre

Les entreprises concernées peuvent formuler une demande auprès du comptable compétent.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°31)

Suite à l’apparition des premiers cas liés à la pandémie de Covid 19, le chef de l’Etat a prononcé un état d’urgence. Dans ce contexte, un couvre-feu a été déclaré sur toute l’étendue du territoire national, le 23 mars 2020, de 20 heures à 06 heures du matin. Par la suite, il a été procédé à un assouplissement desdits horaires qui sont passés de 21 heures à 05 heures du matin puis de 23 heures à 05 heures du matin. Cette mesure a été levée, le 30 juin 2020, à 23 heures 00mn.

La circulation interurbaine a, par contre, été restreinte en permanence du fait de l’état d’urgence, sur une période de deux mois. Elle a été levée, le 07 juin 2020.

Cependant, il a été noté une montée fulgurante des cas de contaminations et du nombre de décès récurrents au Sénégal due au relâchement et au non-respect des mesures barrières. Ainsi, une série de nouvelles mesures ont été ainsi prises, le 07 août 2020, par les autorités aux fins d’endiguer le virus qui continue de faire des ravages à travers le monde. 

Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (questions n°46 et n°47).

Détail de la mesure

Un mécanisme de financement d’un montant de 200 milliards de FCFA sous forme de crédits de trésorerie ou d’investissement, a été mis en place par le Gouvernement en collaboration avec le secteur bancaire pour soutenir les entreprises.
A cet égard, un Accord-cadre définissant les modalités d’octroi des financements a été signé le 29 avril 2020 entre le Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération et l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers du Sénégal (APBEFS).

Cible

Les entreprises impactées du fait de la crise de la Covid-19 ayant un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions FCFA, soit les PME et les grandes entreprises.
Les Très Petites Entreprises (TPE), soit celles avec un chiffre d’affaires inférieur à 100 millions de FCFA, sont couvertes par un autre mécanisme géré par le FONGIP.
Montant alloué  
Deux cents (200) milliards FCFA

Conditions requises

Pour pouvoir bénéficier du mécanisme de financement, une entreprise impactée doit répondre aux critères suivants :
-    être une entreprise affectée par la pandémie de Covid-19 ; 
-    être immatriculée au Registre du Commerce et du Crédit mobilier (RCCM) avant le 29 février 2020 ;
-    avoir au moins 5 employés en CDI ou CDD à la date du 29 février 2020 ;
-    avoir perdu au moins 33% de son chiffre d’affaires du fait de la pandémie de Covid-19 ; 
-    disposer d’états financiers des trois dernières années. Pour les entreprises ayant moins de 3 ans d’existence, tous les états financiers disponibles et un business plan ;
-    ne pas bénéficier des concours de l’Etat dans des fonds similaires ;
-    ne pas avoir eu un crédit déclassé durant les 12 derniers mois précédant la date du 29 février 2020.

Modalités de mise en œuvre

-    Un guichet de 100 milliards FCFA dédié aux grandes entreprises (Chiffre d'affaires (CA) > 2 milliards) garanti à hauteur de 20 milliards FCFA par l'Etat par un dépôt non rémunéré auprès des banques pour renforcer leur liquidité et servir de garantie à première demande avec un engagement des banques d’injecter 100 milliards FCFA ;
-    et un guichet de 100 milliards FCFA dédié aux PME (CA entre 100 millions et 2 milliards) garanti à hauteur de 50 milliards FCFA de l’Etat (selon les mêmes modalités que celles du guichet Grandes Entreprises).
Les dépôts sont constitués auprès des banques au fur et à mesure de l’approbation des dossiers de crédits.
Les conditions d’accès à cette facilité doivent être favorables et tenir compte de la situation des entreprises bénéficiaires.
Les modalités suivantes sont prévues : 
-    taux de sortie de 3,5% par an ; 
-    maturité comprise entre 3 ans et 6 ans ; 
-    différé de paiement pouvant aller jusqu’à 12 mois pour prendre en compte la durée de la crise suivie d’une période de reprise.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°33)

Détail de la mesure

L’apurement total des créances échues du Secteur privé dues par l’Etat sénégalais constitue un moyen de contribuer au financement du Secteur privé, de lubrifier l’économie et d’assouplir les contraintes de liquidité pour les entreprises et le secteur bancaire.

Cible

Toutes les entreprises bénéficiaires de la commande publique. 
Montant alloué 
Trois cent deux (302) milliards FCFA

Conditions requises

Il est fait référence aux paiements dus aux fournisseurs de l’Etat. Les règles et priorités de paiement concourant à l’objectif de stabilité économique seront publiées et connues de toutes les entreprises et ces dernières s’engagent à maintenir les salaires. 

Modalités de mise en œuvre

Les règles et priorités de paiement sont publiées et connues de toutes les entreprises et ces dernières s'engagent à maintenir les salaires.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°39)

Détail de la mesure

Il est dédié à l’appui direct des secteurs de l’économie les plus durement touchés par la crise une enveloppe spécifique. Est notamment concerné le secteur tourisme dont les acteurs peuvent bénéficier sous certaines conditions du crédit hôtelier.

Cible

Les entreprises des secteurs les plus touchés.
Montant alloué 
100 milliards FCFA dont 10 milliards pour le crédit hôtelier qui passe ainsi de 5 à 15 milliards FCFA.

Conditions requises

Pour le détail de ces mesures, se conférer aux sites des différents ministères sectoriels.

Modalités de mise en œuvre

Pour le détail de cette mesure, se référer aux sites des ministères sectoriels concernés.
Pour le crédit hôtelier, visiter la plateforme http://sn-pres.com/accueil.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°36)

L’Etat accompagne, à travers le FONGIP, les TPE, c’est-à-dire celles avec un chiffre d’affaires inférieur ou égal à 100 millions FCFA par :  
-    l’octroi de prêt de refinancement aux SFD pour financer les TPE impactées par la crise liée à la Covid-19 ;
-    la garantie des prêts accordés par les SFD aux TPE impactées par la crise liée à la Covid-19 ;
-    le report d’échéances des engagements en portefeuille.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°34)

Dans le cadre de la riposte contre les effets de la Covid-19, la DER a mis en œuvre les facilités suivantes :
-    suspension d’échéances de remboursements en capital et intérêts pour trois mois (renouvelable au besoin).
-    octroi de financements « Prêts Covid-19 » pour une enveloppe globale de 1,5 milliard FCFA pour le fonds de roulement des entreprises en difficulté. Ces prêts sont payables en 12 mois avec un différé de paiement de 3 à 6 mois selon le secteur et ce, avec un taux d’intérêt de 0 à 3%. 
-    accélération du processus de mise en place des deuxièmes décaissements sur les encours de crédits de 2019, pour une enveloppe globale de 500 millions FCFA, en priorité pour l’aviculture, l’agriculture, l’artisanat et les services pour des montants allant de 3 à 15 millions FCFA par entreprise.
-    édiction de nouvelles mesures au profit des entrepreneurs et l’autonomisation des cibles les plus vulnérables avec des montants allant de 50.000 FCFA à 500.000 FCFA.
Se référer à l’onglet FAQ pour voir le détail de la mesure (question n°35)